Vision

Pour une Afrique libérée de la famine et de la malnutrition

L’environnement économique international est aujourd’hui caractérisé par un déclin continu de production alimentaire destinée à l’exportation en dépit d’une nette amélioration de la qualité. Cette tendance baissière est aujourd’hui exacerbée par :

l’adoption par l’Europe et les États-Unis de l’agriculture des pays tropicaux avec une production à grande échelle qui vient concurrencer les produits africains tout en bénéficiant de subventions en dépit des accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ;
l’alourdissement de la dette des États africains vis-à-vis des Institutions financières et des Etats donateurs
la quasi dépendance à l’importation d’aliments qui ne sont pas produits ou produits en quantité infime en Afrique
les pressions qui s’exercent sur les ressources naturelles africaines, aggravées par l’épuisement de ces mêmes ressources dans le Nord voire à la cession des terres à des multinationales étrangères si ce n’est à des pays étrangers
la baisse de la main d’œuvre rurale du fait de l’exode massif des jeunes à la recherche de l’eldorado.

Devant une telle situation, force est de reconnaître qu’il est impossible pour les Africains de construire une agriculture durable et compétitive sur le marché international. Bâtir ainsi le développement agricole de l’Afrique sur d’éventuelles exportations et les marchés extérieurs ne garantit en rien que l’on puisse relever les défis qui consistent à nourrir les populations du continent et à leur assurer une subsistance correcte et durable.
La modernité doit donner la priorité à la souveraineté alimentaire des Africains avec des politiques agricoles régionales basées sur l’agriculture familiale.

Ainsi la PAFO en appelle de tous ses vœux à une vision de l’avenir qui libère l’Afrique de la famine et de la malnutrition. Elles se sont accordées sur la perspective d’un type d’agriculture moderne et durable qui soit à même de remplir les fonctions économiques, sociales et écologiques de la création de richesses, de la préservation de la solidarité familiale et nationale, et de la gestion équitable et durable des ressources naturelles. Ce nouveau type d’agriculture doit garantir des revenus adaptés et stables et des conditions de vie décentes aux agriculteurs familiaux et aux petits exploitants. Il doit produire un excédent pour l’export et contribuer de manière significative à la création nationale de richesses ; en outre, il doit fournir des aliments sains aux populations nationales et sous-régionales.

La vision de la PAFO vise à restituer la dignité aux producteurs et citoyens africains dans le cadre développement et respectueux des valeurs et de la culture africaines.
Une souveraineté alimentaire des populations et des nations est cruciale, et elle ne devrait pas être sujette aux fluctuations des marchés mondiaux ou des institutions internationales.

Une intégration aux marchés régionaux et l’adoption de politiques cohérentes en faveur de l’infrastructure de production, de communication et de télécommunication, ainsi que la convergence des prix et des taxes, apporteront des solutions durables au déficit alimentaire.

Dans la même rubrique